Le rythme de vie d’un entrepreneur2016-12-22T12:18:12+00:00

Le rythme de vie d’un entrepreneur

Avant de vous lancer, posez-vous les bonnes questions !

Êtes-vous fait pour devenir un entrepreneur ? Quelles sont les qualités et les capacités d’un chef d’entreprise ? Prenez le temps de faire votre autocritique avant de vous lancer dans la passionnante aventure de la création d’entreprise.

Selon les statistiques, une jeune entreprise sur deux ne voit pas sa cinquième année d’existence. Ce constat pourrait faire peur, mais en analysant ces chiffres, on constate d’abord que la réalité en est tout autre. Les entreprises ne meurent pas forcément, soit elles sont rachetées, soit elles changent de dénomination commerciale ou encore, finissent par se délocaliser. Ensuite, ces statistiques sont quasi-identiques depuis près de quinze ans, malgré la fragilité et la multiplication des autoentreprises. Ces multiples créateurs tiennent bon (statut créé en janvier 2009 puis réformé en 2014). En effet, avec 984 500 autoentrepreneurs en activité fin mai 2014, et moins de 227 000 radiations en 2013, ce régime ne montre pas le moindre signe de faiblesse.

Savoir tout faire

Lorsque l’on prend la décision de se mettre à son compte, il faut avoir en tête que l’on doit savoir tout faire. Fini les journées rythmées par les heures d’ouverture de l’entreprise, les week-ends, les congés se font rares et de plus en plus irréguliers, on n’a plus la possibilité de se décharger sur son assistante ou les services généraux de l’entreprise, il faut faire tout et tout seul !

savoir tout faire

Mesurer chaque dépense

mesurer chaque dépense

La réalité peut être tout aussi douloureuse en ce qui concerne les dépenses. Fini les repas entre collègues, offerts gracieusement par votre ancien patron, adieu tickets restaurant et autres avantages! Chaque micro-dépense doit être analysée scrupuleusement, car cela pourrait empêcher un investissement ou d’autres dépenses importantes pour sa future entreprise. Enfin, décider de se lancer à son propre compte signifie obligatoirement faire des choix, tant professionnels que personnels. Il faut penser à la protection de sa famille, d’où le choix crucial de la forme juridique de l’entreprise, et d’une bonne protection sociale. Alors, après toutes ces recommandations, êtes-vous toujours motivé pour faire le grand saut et accepter d’être dans une situation délicate qui peut durer plusieurs années ? Autres questions importantes : êtes-vous apte à manager une entreprise sans vous laisser déstabiliser psychologiquement ? Avez-vous l’âme d’un gagnant ? Maîtrisez-vous votre environnement ? Pour répondre à ces questions, rendez-vous au quizz : suis-je un bon patron ? Pour creuser un peu plus ce sujet, n’hésitez pas à prendre des renseignements auprès de la chambre de commerce et d’industrie de votre ville, de la CCI France ou du réseau des CCI qui propose plusieurs tests originaux sur le thème « Avez-vous le profil entrepreneurial ? » (test réalisable également en ligne sur www.cci.fr/web/creation-d-entreprise/test-entrepreneur). Ces tests vous permettront de mieux connaître votre tempérament. Attention toutefois, ils ne remplacent en aucun cas une consultation avec un expert, dans un cabinet de gestion de carrière ou chez Pôle emploi. Enfin, retenons que tous ces projets peuvent être financés par le DIF (Droit Individuel à la Formation, devenu Compte Professionnel Formation au 1er janvier 2015), par certaines collectivités locales, régions, ou toutes entreprises qui projettent un plan social. En ce qui concerne le niveau de compétences requis, cela ne doit pas être un obstacle car bon nombre de ces structures proposent des remises à niveau rapides dans les domaines de la comptabilité, de l’informatique, du marketing ou encore du droit social.

Être compétent

Pour monter sa propre affaire, il faut trois types de compétences :

  • Commerciale,
  • Technique,
  • Gestion de l’entreprise.

La compétence commerciale est la plus difficile à exploiter. Même si certaines techniques commerciales peuvent être acquises, n’est pas vendeur qui veut ! ! Les deux autres compétences sont plus faciles à acquérir en cas de lacunes, auprès d’un CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers), d’un GRETA (Groupement d’établissements publics d’enseignement, formation permanente de l’Éducation Nationale), ou encore du réseau des CARIF-OREF (Centre d’Animation, de Ressources, et d’Information sur le Formation – Observatoires Régionaux Emploi Formation). Afin de déterminer si vous avez cette vocation, tous ces organismes proposent de nombreux tests. Sans oublier la multitude d’associations spécialisées dans la formation des chômeurs, jeunes de quartier… De quoi faire un vrai point avant le grand saut !

 

Etre compétent

La création d’entreprise avec ComptaCom.