Le Business Plan (le prévisionnel)2016-12-22T12:18:12+00:00

Le Business Plan (le prévisionnel)

Arrive l’heure de créer votre business plan. C’est en quelque sorte un CV financier de votre entreprise qui va vous permettre de perfectionner votre idée, et surtout de convaincre vos partenaires potentiels ! Un entrepreneur ne doute jamais de ses chances de réussites. Mais cependant, il doit se soumettre à un travail capital : mettre sur le papier son idée de manière logique et rigoureuse. Cette étape indispensable à la création de l’entreprise se réalise sous la forme d’un rapport, énumérant dans les moindres détails l’exactitude financière et économique du projet. Ce « business plan » ou « plan de développement » va permettre au porteur du projet de tester plusieurs hypothèses, de s’assurer que son idée est bonne mais aussi durable. M. de Villartay, gérant de la société en ligne Alfred et Poppins (conciergerie destinée aux particuliers), affirme que le business plan lui a servi à formaliser ses idées, et que c’est grâce aux informations contenues dans celui-ci qu’il a décidé de se lancer.

Simuler plusieurs scénarios

Il faut créer trois scénarios pour pouvoir piloter votre futur. Ce travail doit être impérativement accompli, même s’il peut paraître fastidieux. Ces hypothèses ont vocation à être modifiées, à évoluer plusieurs fois s’il le faut, selon le degré de maturité de votre projet. Vous devez rédiger, trois mises en scène : une optimiste, une raisonnable et une catastrophique. Ensuite, lorsque vous serez lancé, le business plan vous servira d’indicateur pour voir si les objectifs que vous avez fixés sont réalisés et que l’entreprise croît au rythme prévu.

Adaptez votre business plan à vos interlocuteurs

Le rôle phare du plan de développement est de convaincre. Pour M. Chausson, managing partner de Chausson finance (expert en recherche de financement pour les entreprises en création ou en développement), le business plan est un moyen de communication. Il est prédéterminé pour convaincre les financiers que l’on souhaite séduire pour les associer au capital, que ce soit un banquier, un organisme donnant des subventions, ou bien plus encore : La personne clé que l’on souhaite recruter. Mais attention, même si les interlocuteurs ne recherchent pas tous les mêmes informations, ils s’attardent, néanmoins, sur deux caractéristiques communes : le sérieux du projet, et l’enthousiasme des créateurs. Le plan de développement doit donc trouver un équilibre entre ses deux caractéristiques. M. Chausson, conseille donc d’appliquer la loi des « 2R » : rassurer et rêver. Pour cela, adaptez votre présentation à l’interlocuteur qui le lira : un capital-risqueur veut une croissance à deux chiffres. Faîtes-le rêver ! Un banquier veut pouvoir récupérer ses fonds quoi qu’il advienne, alors cherchez plutôt à le rassurer !

Comment rendre votre business plan attractif ?

Soyez méticuleux sur la présentation de votre « executive summary ». Il sera à la fois un résumé et un avant-propos de votre plan de développement. Il arrive parfois que vos interlocuteurs ne lisent que lui. Ce document doit mettre en appétit son lecteur, et le convaincre de lire le projet en totalité. Il peut aussi, être envoyé à vos interlocuteurs après un entretien téléphonique. Les interlocuteurs types sont : des leveurs de fonds, les capital-risqueurs, et les business angels, qui sont rattachés à de petites structures et n’ont donc pas de temps à perdre. L’executive summary, leur permettra d’effectuer un premier tri sur la quantité de dossiers reçus. Mais attention certaines règles sont à respecter :

  1. Faire un condensé : deux pages maximum suffisent, sans oublier que l’executive summary doit être agréable à lire, aéré, avoir une certaine logique et être constitué de paragraphes courts. Il doit débuter par un en-tête, comprenant le nom de la future entreprise et son logo (s’il est déjà créé), un slogan ou quelques mots résumant franchement son positionnement.
  2. Présenter en quelques lignes les points clés du projet : précisez en quelques phrases les besoins non satisfaits que vous allez combler. Présentez votre produit ou service en appuyant sur son caractère innovant ou sur sa différenciation par rapport à vos concurrents.
  3. Faire une présentation de vous-même et de votre équipe. Expliquer en quoi votre expérience professionnelle vous a amené à monter ce projet.
  4. Exprimer quelques chiffres : les prévisions des ventes sur les deux ou trois prochaines années, et donner votre business model, c’est-à-dire comment comptez-vous acquérir des parts de marché et générer des profits.

Exprimer vos besoins financiers

Il est possible de se faire aider pour rédiger son business plan. C’est même une très bonne idée : tous les professionnels qui sont passés par là seront en mesure de vous aider par le biais de leur expérience, notamment dans les aspects le plus techniques, comme la partie financière. Vous pouvez bien entendu solliciter ComptaCom ou vous tourner vers des réseaux qui accompagnent les créateurs d’entreprises. Mais, en aucun vous ne devez tout déléguer ! En effet, vous devez être en mesure de soutenir votre projet, lorsque le moment sera venu, et être capable d’en maîtriser les moindres détails même si vous en n’êtes pas l’auteur !

Exemple de business plan

Le plan de développement comprend généralement deux parties bien distinctes.

  • Première partie : Elle représente un descriptif de la future entreprise. Quels besoins allez-vous combler ? Qui porte le projet ? Quel est votre business model ? Quelle est votre concurrence ? Quels sont les besoins humains, matériels, juridiques ? Quel est le planning de progression pour les premiers mois du lancement ?
  • Deuxième partie : Elle correspond à une présentation en chiffres des aspects financiers, comprenant des tableaux de bord prévisionnels. A cette partie vous pouvez ajouter certaines annexes qui justifient la création de l’entreprise : des articles, témoignages et listes de prospects.

Troisième partie : C’est un résumé de deux pages pour présenter l’entreprise brièvement afin de permettre au lecteur de se faire une première idée sur la valeur du projet.

Faire appel à un Expert-Comptable

changer de régime d'imposition

Un prévisionnel bien fait n’est parfois pas suffisant pour convaincre de vous financer. Un prévisionnel réalisé par un cabinet d’expertise-comptable a beaucoup plus de poids. Pour établir le prévisionnel l’expert-comptable va s’appuyer sur des statistiques de votre profession récoltées auprès de l’Ordre des Experts Comptables, des Centres de Gestion Agréé et de l’INSEE. Le résultat obtenu sera beaucoup plus fiable.

Pour convaincre davantage, votre Expert-Comptable peut vous accompagner dans vos rendez-vous bancaires afin de démontrer que votre projet est économiquement viable.

Contacter un expert-comptable gratuitement

La création d’entreprise avec ComptaCom.