La franchise pour démarrer en toute sécurité2016-12-22T12:18:12+00:00

La franchise pour démarrer en toute sécurité

Grâce à plus de 1 700 réseaux, la franchise vous aidera à devenir votre propre patron tout en gardant une certaine sécurité.

En effet, le choix de la franchise donne au futur créateur d’entreprise le bénéfice du savoir-faire et de l’accompagnement d’un réseau. Il ne s’agit pas d’une forme juridique mais bien d’une organisation. On peut devenir franchisé et opter pour n’importe quelle forme juridique (SARL, SAS…). En contrepartie, il faudra s’acquitter d’un droit d’entrée et d’une redevance annuelle. Le postulant pourra s’appuyer sur une marque ou un concept expérimenté. Selon la FFF (Fédération Française de la Franchise) www.franchise-fff.com, les 1 719 réseaux de franchise français représentaient 47 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2013 (50% d’évolution en 10 ans), et employaient plus de 65 000 franchisés, dont la rémunération moyenne était de 32 000 € par an.

Les banquiers préfèrent la Franchise

le banquier préfère la franchise

Dans la majorité des cas, vous n’êtes pas contraints d’être un expert dans l’activité choisie. C’est le cas de M. Arosa qui, après avoir passé six années dans le conseil informatique, s’est laissé tenter par SHIVA, une chaîne de ménage à domicile. Il ne savait rien de cette activité mais il avait vu que les services à la personne étaient en plein essor. Il lui a fallu seulement six mois pour atteindre son équilibre. « Les franchiseurs veulent avant tout des personnes compétentes en gestion de comptes et en encadrement du personnel, qui ont le sens du commerce », affirme un expert de la banque HSBC. De leur côté, les conseillers bancaires voient d’un meilleur œil les demandes de prêts ou de découverts autorisés émises par des franchisés plutôt que par des commerçants indépendants ou des créateurs d’entreprise isolés. Pour eux, un franchisé ne peut que rarement subir l’échec d’un projet mal ficelé ou d’une activité non testée, puisqu’elle fonctionne bien ailleurs. Le franchisé reçoit en principe les conseils du franchiseur et une formation bien spécifique et de qualité, qui lui est dispensée contractuellement. En bref, ce mode limite les risques pour le prêteur. La preuve : neuf franchisés sur dix sont toujours en activité aujourd’hui, cinq ans après leur création.

Comment choisir la bonne enseigne ?

Pas risquées ? Bien sûr mais attention, toutes les franchises ne se valent pas. Il faut se poser plusieurs questions à ce sujet :

  1. Le contact avec le responsable de réseau est-il bon ?
  2. Quel est le sentiment des franchisés sur les services fournis par la franchise ? N’hésitez pas à poser des questions aux autres franchisés.
  3. L’accompagnement est-il à la hauteur ? Y a-t-il une bonne logistique ?
  4. Quelle est sa notoriété ? Son image ?
  5. Le coût du droit d’entrée est-il élevé ? Que me garantit ce prix (formation, suivi) ?
  6. La publicité prévue par l’enseigne est-elle suffisante, au vu de la redevance annuelle ?
  7. Le turnover est-il supérieur à 10% ?

Toutes ces questions vous permettent de prendre votre décision en toute confiance.

choisir une enseigne

Vérifiez votre contrat de Franchise

vérifier votre contrat de franchise

Pour faire pencher la balance vers une enseigne plutôt qu’une autre, vos goûts ainsi que vos compétences sont très importants, mais le critère financier est primordial. L’apport initial est complètement différent si vous investissez dans la franchise d’un restaurant ou d’un magasin de fleurs, ou bien dans la garde d’enfants. Regardez bien ce que cet investissement vous offre : droit d’entrée, formation, aménagement du local, droit au bail, redevance annuelle ? Vous ne paierez normalement, dans un premier temps, que 20 à 30% de ce montant : c’est ce que représente l’apport personnel exigé par les banquiers, afin de pouvoir vous prêter le reste. La loi Doubin de 1989 impose au franchiseur de vous remettre un document d’information précontractuelle (DIP). Dans celui-ci doit figurer une représentation du réseau, les évolutions en termes de développement, les résultats financiers de la tête du réseau, les clauses contractuelles, les coordonnées des franchisés et de ceux qui ont résilié leur contrat.

La création d’entreprise avec ComptaCom.