Trouver le lieu idéal pour votre création d’entreprise : Incubateur, pépinière et coworking2016-12-22T12:18:11+00:00

Trouver le lieu idéal pour votre création d’entreprise : Incubateur, pépinière et coworking

Il faut trouver un endroit pour exercer votre activité. Vous pouvez commencer chez vous mais cette solution ne durera qu’un temps, surtout si vous vous développez rapidement.

Cette solution est certes la plus économique car elle évite de débourser des loyers, mais elle est soumise à plusieurs conditions. Bien travailler chez soi, alors qu’il s’agit d’un lieu privé, impose de se fixer des limites personnelles :

  • Imposez-vous des horaires de travail,
  • Travaillez dans un bureau fermé et équipé,
  • Ne laissez pas le professionnel envahir votre vie privée.

Espace couveuse d’entreprise

Il existe différentes options si vous ne souhaitez pas travailler chez vous. Vous pouvez faire appel à une « couveuse d’entreprise ». Ce moyen permet d’accueillir des entreprises qui ne sont pas encore « officielles ». L’avantage pour le futur entrepreneur est de découvrir son métier et de bénéficier d’un hébergement. Pour entrer dans une couveuse, il faut établir un Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise (Cape), d’une durée de 12 mois, renouvelable deux fois. Il en existe une cinquantaine en France.

lieu et local, création entreprise
création d

Coworking

Les entrepreneurs qui ont déjà créé leur entreprise peuvent se tourner vers des pépinières d’entreprises. Elles offrent plusieurs services non négligeables comme l’hébergement et le partage des coûts de structure (secrétariat, poste,…). Elles proposent également un accompagnement des entrepreneurs avant, pendant et après la création de leur entreprise, en mettant à leur disposition des experts (comptables, banquiers, avocats…). 85% des entreprises qui ont démarré en pépinière sont toujours en activité aujourd’hui. Vous pouvez, dans la mesure du possible, trouver une pépinière en lien avec votre activité. Ces espaces de coworking permettent à l’entrepreneur de se sentir accompagné et de développer sa clientèle.

Démarrer son activité à domicile

Il existe des tolérances pour exercer sa profession à son domicile. Il faut en principe demander à la mairie de son lieu d’habitation une modification d’affectation de son domicile. Cependant, vous pouvez échapper à ces contraintes dans les cas suivants :

  • Dans les villes de moins de 200 000 habitants, sauf clause interdisant l’exercice de l’activité professionnelle dans le bail ou le règlement de copropriété ;
  • Dans les villes de plus de 200 000 habitants (et dans les départements des Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne) sauf clause excluant l’exercice d’une activité professionnelle dans le bail ou le règlement de copropriété. L’activité est possible s’il s’agit de votre résidence principale, si cette activité n’est exercée que par les personnes vivant dans le logement et s’il n’y a pas de réception de clientèle ni de marchandises. Cette dernière condition ne s’applique d’ailleurs pas aux logements situés au rez-de-chaussée. En outre, l’exercice de l’activité ne doit occasionner aucune nuisance aux autres occupants de l’immeuble.
pépinière d

L’accélérateur de projet

incubateur

Après avoir passé quelques mois en couveuse, si votre activité se développe rapidement, vous pouvez alors rejoindre un accélérateur. Ces structures vous accueillent généralement pour une durée de six mois. Elles vous permettent de bénéficier des conseils de chefs d’entreprise expérimentés sous forme de mentorat. L’hébergement vous est facilité et les coûts de fonctionnement divisés. En contrepartie, certaines structures d’accueil prennent des parts dans le capital de l’entreprise hébergée. La sélection pour bénéficier de cet accueil est draconienne, mais à la sortie, les élus bénéficient d’une offre commerciale fiable. L’hébergement est payant mais le coût est bien moins élevé qu’une location à titre individuel. Par contre, si vous avez une croissance rapide ou que vous souhaitez embaucher votre premier salarié, vous devrez trouver une structure plus adaptée.

Voici en quelques mots les missions de chaque hébergeur :

  • Les espaces de coworking: ils se développent en France depuis 2008. Ils permettent, notamment dans le numérique, de bénéficier, dans des lieux de travail partagés, d’échanges de collaboration et d’innovation. On peut louer à la carte, c’est-à-dire par jour, mois ou année (de 15 € par jour à 350 € au mois).
  • Les couveuses: au nombre de 59 en France, elles permettent aux futurs entrepreneurs de tester leur projet avant l’immatriculation au RCS. L’entrepreneur doit signer un Cape pour entrer dans une couveuse. Le coût, pour les demandeurs d’emploi, est pris en charge par les collectivités locales et territoriales. (uniondescouveuses.com).
  • Les incubateurs: ils ne sont que 28 en France et sont exclusivement réservés aux entreprises ayant un fort potentiel de développement. Généralement, ils sont proches d’un site scientifique, car ils accueillent principalement des entreprises de recherche. En plus de l’hébergement, les incubateurs proposent à leurs promus des formations, conseils et peuvent aider à lever des fonds plus facilement (enseignementsup-recherche.gouv.fr rubrique innovation).
  • Les pépinières: elles sont plus nombreuses en France : 499, et accueillent des entreprises qui sont déjà créées mais qui cherchent un hébergement moins onéreux pour se lancer. Les entrepreneurs pourront également profiter d’un accompagnement personnalisé le temps de développer leur activité.
  • Les accélérateurs: Ils sont réservés aux start-up. Ce moyen va aider l’entrepreneur dans un temps très court, de trois à six mois, à concevoir, financer et lancer son projet. À la fin de cette période, les créateurs présenteront leur projet devant un jury et pourront ainsi lever des fonds.

La création d’entreprise avec ComptaCom.