Différence n°1 : la déclaration de début d’activité

Si les avocats collaborateurs ont des démarches à effectuer pour déclarer leur activité

  • déclaration URSSAF
  • Sécurité Sociale des Indépendants
  • CNBF, etc

Le salarié n’a pas de démarche à effectuer puisque c’est son employeur qui s’en charge.

Différence n°2 : la rémunération

Le salarié perçoit un salaire de l’employeur alors que l’avocat collaborateur va percevoir des rétrocessions d’honoraires. En étant soumis au régime des indépendants il devra payer des cotisations sociales.

Différence n°3 : Développer sa clientèle

L’avocat collaborateur est en droit de développer sa propre clientèle contrairement à l’avocat salarié qui a un lien de subordination avec la société qui l’embauche. Il ne peut par conséquent pas développer lui-même sa propre clientèle.

Différence n°4 : les obligations comptables

L’avocat qui exerce en tant que salarié n’a aucune obligation comptable à remplir. En revanche, en tant qu’avocat collaborateur plusieurs obligations doivent être respectées. Ces dernières dépendent notamment du statut juridique choisi. A minima, l’avocat collaborateur devra tenir à jour le livre journal. Ce dernier a pour but de présenter jour par jour le détail de ses recettes.

Source : Blog Wity