Si vous souhaitez exercer en tant qu’avocat collaborateur, vous devrez effectuer plusieurs démarches avant de lancer votre activité.

1 – La déclaration URSSAF

Dès la prestation de serment vous devez vous immatriculer auprès de l’URSSAF pour déclarer votre activité.

L’URSSAF transmettra alors la déclaration de début d’activité aux autres organismes.

2 – l’ACRE

L’ACRE : exonération de début d’activité de création ou reprise d’entreprise est une aide en faveur des jeunes travailleurs.

Ce dispositif permet aux avocats de bénéficier d’exonérations sociales, d’assurance maladie, maternité ou encore invalidité les 12 premiers mois d’exercice de leur activité.

3 – L’affiliation CNBF

Il s’agit de la Caisse de Retraite des barreaux français. C’est l’organisme qui gère la retraite et prévoyance des avocats. Il faudra donc vous y inscrire.

4 – L’assurance responsabilité civile professionnelle

Dans le cadre de votre activité vous êtes dans l’obligation de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle. Cette dernière vous couvre en cas de préjudice ou par exemple en cas de non-respect des délais pour effectuer une démarche.

D’autres formalités facultatives peuvent être entreprises. C’est le cas notamment de la retraite complémentaire ou assurance complémentaire santé. ComptaCom recommande vivement une adhésion afin de bénéficier d’une meilleure couverture sociale.

5 – L’adhésion AGA

Nos experts recommandent vivement d’adhérer à une Association de Gestion Agrée pour 2 raisons :

  • vous évitez une majoration de 25% de vos résultats imposables
  • vous bénéficiez d’une réduction d’impôt pour frais de comptabilité

L’AGA a un rôle de contrôle de votre comptabilité. Elle ne remplacera en aucun cas un cabinet comptable.

Source : Le guide de l’avocat de ComptaCom