Sous réserve de ne pas dépasser un certain plafond annuel, les revenus issus de la location d’une partie de sa résidence principale, sont exonérés d’impôt sur le revenu.

3 critères sont à respecter par le contribuable :

  • Les pièces louées font partie de la résidence principale[1] du bailleur
  • Les parties louées doivent constituer pour le locataire, sa résidence principale (ou sa résidence temporaire dans le cas d’un travail en saisonnier).
  • Le prix du loyer est fixé dans les limites des plafonds en vigueur réévalués chaque année par l’Administration Fiscale (selon les régions, soit pour 2019 : 187€/m² de surface habitable en Ile de France et 138€/m² dans les autres régions).

Par ailleurs, si vous louez votre résidence principale à une personne qui n’y élit pas domicile, vous n’avez pas à déclarer le revenu correspondant si vos recettes de location sont inférieures à 760 € TTC par an.

[1] La résidence principale, par opposition à la résidence secondaire, désigne le bien dans lequel le locataire habite principalement dans l’année.