En tant que loueur meublé non professionnel, vous avez le choix entre 2 régimes d’imposition:

  • Le régime de l’abattement forfaitaire. Vous déclarez l’ensemble de vos recettes à l’Administration fiscale qui applique un abattement forfaitaire de 50% (ou 71% si votre bien en location meublé est classé meublé de tourisme). Pour bénéficier de ce régime, vos recettes ne doivent pas excéder 70.000€/an. (ou 170.000 € pour les meublés classés meublés de tourisme)
  • Le régime réel

Le régime réel vous permet de prendre en compte les charges réelles liées au bien loué. Ces charges comprennent l’amortissement du bien. Ce régime s’applique sur option si vos recettes sont inférieures à 70.000 €/an et de plein droit dans le cas contraire.

Au régime réel, sont ainsi déductibles :

  • les intérêts d’emprunts
  • La taxe foncière
  • Les honoraires versés à des tiers[1]
  • Les frais de travaux de réparation, d’entretien et d’amélioration (sous forme d’amortissement)
  • Les charges liées à l’amortissement du bien et du mobilier.
  • Les frais de notaire (immédiatement ou sous forme d’amortissement).
  • Les charges courantes de copropriété (hors travaux)
  • Les primes d’assurance (Assurance loyer impayé ou Propriétaire non occupant)

Pour pouvoir être déductible, la charge doit être engagée dans l’intérêt de l’exploitation locative et justifiée par une pièce comptable. Il est donc essentiel de garder tous les justificatifs de vos dépenses (factures).

En tant que loueur meublé non professionnel imposé au régime réel, vous pouvez donc déduire les amortissements comptables de votre investissement. La durée d’amortissement dépendra de la nature de l’investissement.

[1] Les frais relatifs à la tenue de comptabilité sont en partie déductibles. En adhérant à un centre de gestion agrée, 2/3 des frais comptables vous sont restitués sous la forme d’une réduction d’impôt. Le tiers restant est comptabilisé dans les charges.