Gérer soi-même la fiscalité de sa location meublée non professionnelle (LMNP) : une prise de risques à éviter

Le statut fiscal de loueur en meublé non professionnel (LMNP) est très attrayant. Ce statut comporte toutefois des contraintes formelles qu’il est impératif de bien connaitre. La meilleure solution pour éviter les écueils est de se faire accompagner par un cabinet d’Expertise Comptable spécialisé dans ce domaine.

Certains loueurs méconnaissant les risques préfèrent se dispenser d’un accompagnement et pensent pouvoir gérer leur fiscalité par leurs propres moyens. Cette prise de risques peut-elle se justifier ?

Une comptabilité complexe 

Le premier point à  souligner est la qualification des revenus. En effet les revenus des loueurs en meublés non professionnels relèvent de la catégorie fiscale des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC), comme un artisan ou un commerçant, et non des revenus fonciers comme les locations nues.

La tenue de la comptabilité d’un loueur en meublé au régime réel présente donc les mêmes contraintes formelles que la comptabilité d’un commerçant. Même si le volume des opérations est bien moindre chez un loueur en meublé, les règles de comptabilité ne sont pas moins complexes que celles d’un commerçant.

La complexité de la comptabilité est d’ailleurs renforcée par des règles fiscales spécifiques pour le  calcul et le suivi des amortissements. Pour éviter le risque de très mauvaises surprises ultérieures, ces règles doivent être appliquées avec rigueur et compétence.

Les risques vont de la déclaration de revenus supérieurs aux revenus réels, et donc au paiement d’impôt injustifiés, jusqu’au redressement fiscal diligenté par l’administration.

La situation fiscale d’un loueur est donc en réalité plus complexe que celle d’un commerçant. Et il y a très peu de commerçants qui se passent d’un expert-comptable !

Des risques d’erreurs aux conséquences lourdes

Revenus fonciers ou Revenus BIC

Le premier risque est de déclarer les revenus de location meublée dans la catégorie des revenus fonciers. Cette pratique conduit à s’auto pénaliser fiscalement, puisque les charges d’une location meublée correctement déclarée dans la catégorie des BIC sont nettement plus importantes que celle d’une location nue. C’est d’ailleurs le principal intérêt de ce régime fiscal.

Si aucune comptabilité n’est tenue correctement, le rattrapage de la situation fiscale imposera pour limiter les dégâts de rectifier les déclarations déposées en utilisant des déclarations « micro BIC ». Mais cette rectification sera souvent nettement moins intéressante que d’avoir choisi le régime fiscal réel dès le début de l’activité.

SCI et revenus meublés

La SCI est très difficilement compatible avec les revenus de locations meublés. En effet la location meublée est une activité qui entre dans la catégorie des revenus commerciaux alors que la SCI ne doit avoir que des revenus civils.

La conséquence immédiate est l’assujettissement de la SCI à l’Impôts sur les sociétés avec un régime de taxation des plus-values nettement pénalisant.

Comptabilisation des amortissements

D’autres risques d’erreurs graves existent sur la comptabilisation des amortissements.

Il faut en effet savoir que les amortissements d’un loueur en meublé doivent être comptabilisés obligatoirement dans un registre spécifique ou dans une comptabilité informatisée respectant toutes les normes en vigueur. Ainsi, la constatation directe des amortissements sur une liasse fiscale ou leur calcul sur un simple tableur ne sont pas suffisant et le risque est le rejet de leur déductibilité par l’administration.

Il faut savoir également que le mode d’amortissement retenu est complexe et de très nombreuses erreurs peuvent être commises, telles que :

  • La non dissociation du terrain et de la construction.
  • Le choix de durées d’amortissement inappropriées.
  • La non réintégration des amortissements procurant un déficit.
  • Le suivi incorrect des reports d’amortissement (qui permettent indirectement de reporter les déficits sans limitation de durée).

Les conséquences de ces erreurs peuvent être très graves dans la mesure où les amortissements sont la principale charge déductible d’un loueur en meublé.

Déclaration et suivi de la TVA

La gestion de la TVA (si l’activité y est soumise) s’avérera également complexe, avec des risques important d’oubli ou de retard, qui peuvent soit repousser les remboursements à obtenir soit générer des intérêts, pénalités ou majorations de retard.

Compte tenu de ces difficultés, le suivi de la comptabilité et de la fiscalité d’un loueur en meublé dépasse largement le niveau de compétence d’un particulier, même averti. (+ d’infos dans l’article LMNP télédéclaration obligatoire)

Une solution efficace et souvent peu coûteuse : Un cabinet d’expertise comptable spécialisé

Le suivi de la comptabilité d’un loueur en meublé peut présenter des difficultés pour un cabinet d’Expertise Comptable non connaisseur de ce domaine. Il est donc préférable de confier le suivi de la comptabilité et de la fiscalité de son activité de loueur en meublé à un cabinet d’Expertise Comptable spécialisé. Ce choix s’avère le plus sûr et très souvent le moins onéreux. En effet le traitement automatique des données dématérialisées est compatible avec une grande qualité et un tarif très compétitif (moins de 10€/mois une fois les réductions d’impôts effectuées). De plus il s’agit d’une charge déductible du revenu fiscal. Enfin le cabinet propose systématiquement d’adhérer à un Centre de Gestion Agrée (CGA).

L’adhésion à un centre de gestion agrée procure plusieurs avantages

1°  Cette adhésion est peu onéreuse : 140 € TTC par an

2° Elle permet de bénéficier d’une «réduction d’impôt pour frais de comptabilité » pouvant aller jusqu’à 915 €, pour les loueurs qui font moins de 70.000 € de recettes annuelles et qui payent de l’impôt sur le revenu.  La réduction d’impôt prend en charge 2/3 des frais de comptabilité et d’adhésion au centre de gestion agrée, dans la limite de 915 €, si le loueur paye au moins autant d’impôt que de frais couverts par la réduction. Peu importe l’origine de l’impôt sur le revenu payé (salaires, revenus fonciers…). Les frais de comptabilité non couverts par la réduction d’impôt restent fiscalement déductibles.

3° Cette adhésion permet également d’éviter que le résultat fiscal du loueur soit majoré de 25% lorsqu’il est positif (Cas du CENSI BOUVARD).

Il faut savoir que l’adhésion doit se faire obligatoirement dans les 5 premiers mois de l’année concernée et se reconduit tacitement.

Enfin le bénéfice de la réduction d’impôts pour frais de comptabilité est réservé aux clients confiant leur dossier à un cabinet inscrit à l’Ordre des experts-comptables. Toute autre structure proposant un suivi administratif ne rentre pas dans ce cadre.

QUE FAUT-IL RETENIR ?

La location meublée est généralement un placement sûr et une des dernières « niches fiscales » accessibles.

Il est inutile et même dangereux de faire soi-même la comptabilité et les déclarations fiscales de son activité de loueur en meublé. Et il n’y a pas d’économie à réaliser soi-même sa comptabilité et ses déclarations fiscales.

Faire appel à un cabinet spécialisé se révèle une solution incontournable qui permet de minimiser les risques pour un coût souvent très limité.

Effectuez un demande de devis gratuit

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des contribuables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué par le biais de notre formulaire de contact. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.


64 Comments

  1. dubois 29 octobre 2013 à 18 h 44 min ␣- Répondre

    Ayant rénové une partie mitoyenne de ma résidence principale pour environ 200 000€ et mis celle ci en location meublée depuis septembre,quelles sont les déclarations et obligations comptables à prévoir pour 2013 ? Pour information ma résidence principale yc la partie mitoyenne a fait l’objet d’une donation de NP à mes 3 enfants en 2011. Avec mes remerciements, M Dubois

    • david 3 juillet 2014 à 10 h 57 min ␣- Répondre

      Bonjour,
      J’ai acheté un studio il y a 1 an au prix de 65K€ ( sans pret, donc pas de deduction possible d’interet). Depuis je declare mes revenus fonciers 450€/mois en micro BIC. Ma question est la suivante:
      D’après les chiffres communiqué et ne connaissant pas le taux d’ammortissement du bien bien acheté, Serait il plus interressant de passer au reel pour pouvoir ammortir fiscalement ce bien.
      PS: J’envisage d’acheter un 2eme bien dans l’ancien. Je n’ai pas besoin de prêt. Si je suis la logique du LMNP, serait il pas plus interessant d’effectuer un prêt IN finé et d’opter pour le régime du reel plutôt que de le financer cash comme mon 1er investissement?
      Merci pour votre réponse.
      Cordialement David

      • Jordan Gillard 3 juillet 2014 à 11 h 31 min ␣- Répondre

        Bonjour David,
        Après une rapide simulation, il serait possible de déduire environ 2500€ de charges amortissables par an pendant environ 25 ans. Au régime micro vous bénéficiez d’un abattement de 2700€. Concrètement, si vous avez plus de 200€ de charges sur l’activité (eau, électricité, copro, taxe foncière…) le régime réel serait fiscalement plus intéressant.
        En contractant un emprunt (comme les intérêts sont déductibles), le résultat fiscal de l’ensemble de l’activité pourrait donc être déficitaire.
        Je vous invite à m’appeler au 01.56.92.99.27, si vous souhaitez plus de précisions.
        Cordialement.

  2. LE BRIS 31 octobre 2013 à 17 h 12 min ␣- Répondre

    Bonjour,

    Vous ne pouvez pas pratiquer d’amortissement en étant usufruitier du bien, cela n’étant pas possible pour la législation fiscale.

    Vous avez vraisemblablement intérêt à déclarer vos revenus en régime micro BIC en renseignant les rubriques prévues de votre déclaration de revenus. Cela est possible tant que les loyers perçus sont inférieurs à 32.600 €.

    Expert Comptable associé, en charge du pôle location meublée.

  3. Laurent 30 novembre 2013 à 22 h 43 min ␣- Répondre

    Bonjour,
    Je voudrais louer ma maison principale en location meublée non professionnelle dans le cadre du régime réel simplifié.
    C’est une maison que j’ai achétée il y a une douzaine d’année.
    Elle est divisée récemment en plusieurs appartements sans touchée l’aspect exterieur des façades.
    Je voudrais savoir s’il est possible d’inscrire le bien immobilier
    dans le bilan dans le cadre location meublée afin de bénéficier de l’amortissement ?
    Comment peut-on estimer la valeur du bien à inscrire au bilan?
    Est-ce-que l’amortissement est déductible fiscalement dans le cadre de location meublée ?
    Quelle est la durée probable d’amortissement à prendre en compte ?
    Merci d’avance de votre réponse,
    Cordialement,
    Laurent

    • LE BRIS FRANCOIS 3 décembre 2013 à 17 h 37 min ␣- Répondre

      Bonjour,

      Vous pouvez inscrire le bien immobilier à l’actif de votre bilan à sa valeur réelle et déduire les amortissements fiscalement. Ces amortissements sont à pratiquer sur une durée indicative de 30 ans.

      N’hésitez pas à prendre contact pour en savoir plus.

      Cordialement

      F LE BRIS

  4. roussel alexandre 3 décembre 2013 à 9 h 42 min ␣- Répondre

    Bonjour,
    je loue un studio sur rennes, pour un revenu brut annuel de 5100€. combien me coûterai vos services?
    puis-je tout déduire de mes impôts?
    merci

    • FRANCOIS LE BRIS 3 décembre 2013 à 17 h 43 min ␣- Répondre

      Bonjour,

      La comptabilité peut être quasi gratuite si vous remplissez les conditions pour bénéficier de la réduction d’impôt pour frais de comptabilité.

      Pour un devis personnalisé, je vous invite à nous contacter au 02.43.64.17.27.

      Cordialement

  5. […] Ce mois-ci, le magazine économique et financier Argent & Patrimoine reprend un de nos articles : Gérer soi-même la fiscalité de sa location meublée non professionnelle (LMNP) : une prise de ris…. […]

  6. dupont 27 avril 2014 à 15 h 08 min ␣- Répondre

    Bonjour,

    j’ai acheté un immeuble de rapport à Lille composé de 3 appartements il y a deux ans.

    au 01/01/2014, un des appartements a été meublé afin de trouver un locataire plus facilement.

    est-il possible de ne déclarer que ce dernier au réel simplifié LMNP? faut-il dans ce cas, prendre une quote part du prix d’achat de l’immeuble comme base d’amortissement?

    merci d’avance

    • Jordan Gillard 6 mai 2014 à 10 h 06 min ␣- Répondre

      Bonjour,

      S’il s’agit du seul bien que vous louez meublé, c’est bien le seul que vous pouvez déclarer en LMNP au régime réel ou micro.
      Dans ce cas l’amortissement est pratiqué sur une quote part de l’immeuble.

      N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin de précisions.
      Téléphone de la ligne directe du service LMNP : 01.56.92.99.27
      Formulaire en ligne : http://www.comptaexpert.fr/contact

  7. Martias 6 août 2014 à 14 h 59 min ␣- Répondre

    Bonjour,

    J’ai acheté un bien que je vais loué en LMNP à partir du mois de septembre. De ce que je compends les frais de comptabilité peuvent être déduits à hauteur de 915€ de son revenu foncier. Cependant je ne suis pas au régime réel pour la déclaration de mes revenus (régime forfaitaire avec abattement de 10%). Est-ce que dans ce cas les frais de comptabilité seront aussi déduit des impots

    Merci beaucoup pour votre réponse

    • Martias 6 août 2014 à 15 h 02 min ␣- Répondre

      Désolée, je voulais bien parler de la déduction des fras de comptabilité de l’impôt sur le revenu. Il y a une petite confusion dans mon précédent mail

      • Jordan Gillard 18 août 2014 à 9 h 42 min ␣- Répondre

        La réduction d’impôts portera sur votre impôt à payer sur votre revenu global, peu importe si vous êtes au régime réel ou forfaitaire.

  8. goudet anita 12 novembre 2014 à 10 h 05 min ␣- Répondre

    Bonjour, j’ai crée une sci avec mes filles sur l’achat d’un studio, que j’ai loué en meublé afin de bénéficier de 50 % d’abattement sur les revenus des loyers. J’ai lu dans votre article que la sci n’était pas compatible avec la location en meublé. Quelle est alors ma solution aujourd’hui ?
    Merci

    • Jordan Gillard 19 novembre 2014 à 9 h 36 min ␣- Répondre

      Le meublé en SCI est systématiquement assujetti à l’impôt sur les sociétés car cette activité est considérée comme étant commerciale. Cet assujettissement a des conséquences nettement défavorable en terme de complexité de suivi et de plus values en cas de revente. L’abattement de 50% est prévu pour les contribuables individuels qui relèvent du régime micro-BIC. les régimes micro fonciers et micro BIC sont incompatibles avec une SCI.
      La solution pourrait être de dissoudre la SCI. Nous vous invitons à nous contacter pour que nous puissions étudier votre cas particulier.

  9. olivier 24 décembre 2014 à 0 h 11 min ␣- Répondre

    Bonjour, j’ai acheté début 2014 un immeuble de 8 appartements à crédit sur 20 ans, j’ai gardé un appartement pour faire du meublé de tourisme et les 7 autres en location nu. que puis je déduire des revenus de la location du meublé de tourisme (9000/an) ? puis je amortir sur 20 ans au prorata du montant de l’immeuble ? déduire les intérets d’emprunt au prorata ? la taxe foncière au prorata ? et que se passe t’il si je suis en déficit foncier (meublé de tourisme) est ce imputable aux revenus foncier (locations nus) ?

    • Jordan Gillard 24 décembre 2014 à 10 h 40 min ␣- Répondre

      Bonjour,
      Dans un cas comme le votre, il est en effet possible d’amortir, déduire les intérêts d’emprunt et la taxe foncière au prorata. L’amortissement sur 20 ans peut paraitre court, il faudra plutôt se tourner vers un amortissement par composant. + d’infos ici : http://blog.comptaexpert.fr/metiers/location_meublee/amortissement
      Les locations meublées sont considérées comme des revenus BIC et non foncier. Le déficit généré ne peut être reporté que sur l’activité BIC (identifiée par un numéro Siret) et non sur son revenu global d’activité.
      Comme vous faites de la location saisonnière, voici un article à lire : http://blog.comptaexpert.fr/metiers/location-meublee-saisonniere-ce-quil-faut-savoir
      Je vous invite à nous contacter pour que nous puissions vous expliquer le fonctionnement du statut LMNP.
      Cordialement.

  10. vi 7 mars 2015 à 21 h 37 min ␣- Répondre

    la lmnp bénéficie d’un régime fiscal bic. A ce titre, doit-on faire une quote-part des assurances payées pour une année à cheval sur 2014 et 2015 et les retraiter en charges constatées d’avance.

    • Jordan Gillard 9 mars 2015 à 12 h 01 min ␣- Répondre

      Bonjour,
      En principe il faut constater une charge constatée d’avance, sauf si le contribuable concerné peut et souhaite se prévaloir des allégements prévus, pour les contribuables pouvant tenir une comptabilité super simplifiée.
      Cordialement.

  11. Nina 12 mars 2015 à 20 h 33 min ␣- Répondre

    Bonjour, je compte acheter un studio en SCI avec mes enfants. Mais à la lecture de votre article, au demeurant très interessant, je me demande si ce ne serait pas plus interessant d opter pour un autre statut car je comptais louer en meublé à moyen terme? Si cela est le cas qu’elle serait la forme juridique la plus intéressante fiscalement? Merci d’avance,,

    • Jordan Gillard 27 octobre 2015 à 12 h 17 min ␣- Répondre

      Bonjour Nina,

      Le statut de loueur en meublé non professionnel est souvent le plus avantageux.

      Je vous invite à contacter notre service au 01.56.92.99.27 ou via le formulaire de contact : http://www.compta.com/expert-comptable/contact pour toutes précisions.

      Cordialement.

  12. Darvieux Roberto 24 mars 2015 à 11 h 36 min ␣- Répondre

    Un SCI peut -elle construire un ensemble de 5 villa pour le louer en meublé touristique ?
    Comme la SCI comme vous dites n’est pas compatible avec le meublé.
    Il semble un accouplement avec un SARL serait judicieux pour contourner les difficultés.
    La SCI serait propriétaire des murs de villas et la SARL serait gestionnaire de la location de villa.
    Est-ce viable fiscalement de faire ainsi ?

  13. Marc 6 avril 2015 à 0 h 49 min ␣- Répondre

    Bonjour,
    si on fait de la location saisonnière sur seulement 2 mois de l’année, pouvons nous déduire les intérêts d’emprunts de toute l’année ou dois je limiter la déduction de 2 mois d’intérêts d’emprunts (faire un prorata temporis), lorsqu’on applique le régime réel.
    Merci

    • Jordan Gillard 7 avril 2015 à 16 h 00 min ␣- Répondre

      Bonjour,
      Plusieurs méthodes de calcul sont possibles. La plus sécurisante étant de prendre en compte seulement 2 mois.
      Cordialement.

  14. daudin 2 mai 2015 à 16 h 33 min ␣- Répondre

    bonjour,
    Avec mes soeurs, nous avons une maison que louons en meublé. Pour la la 1ere déclaration fiscale au régime réél (comptabilité super simplifiée), je ne sais pas si le document « Bilan » est obligatoire ?

    Denis

    • Jordan Gillard 5 mai 2015 à 7 h 54 min ␣- Répondre

      Bonjour,
      vous trouverez la liste des imprimés fiscaux à compléter, dans le tableau présent dans cet article : http://blog.comptaexpert.fr/metiers/location_meublee/seuils-plafonds
      Cordialement.

    • poke 2 septembre 2015 à 11 h 16 min ␣- Répondre

      La réduction d’impôt pour frais de comptabilité (jusqu’à 915 euros) est supprimée à partir de 2015.
      Cette information importante devrait être mise à jour car maintenant l’ahésion à un centre de gestion agréé présente bien moins d’intérêt.
      L’option du réel, malgré la suppression de la réduction d’impôt, conserve cependant son intérêt fiscal

      • Jordan Gillard 27 octobre 2015 à 14 h 28 min ␣- Répondre

        Bonjour Poke,

        Je tiens à rectifier votre propos, la réduction d’impôt est supprimée à compter des inscriptions au CGA en 2016.

        Cdlt.

  15. Thomas 26 mai 2015 à 20 h 48 min ␣- Répondre

    Bonjour,
    Peut-on déduire les factures de meubles achetés quelque mois avant la signature définitive (même année) pour l’appartement mis en location meublée?
    Merci de votre réponse,
    Cordialement,
    Thomas

  16. SAUVLET 25 août 2015 à 10 h 15 min ␣- Répondre

    bonjour,
    je suis locataire d un meublé sans service para-hôtelier et mon proprio est en S.A.R.L, je voulais savoir si il était normal de payer une TVA à 10% sur mon loyer car d après ce que j ai pu lire les meublé ne sont pas assujetti à cette taxe? merci beaucoup

  17. Curly 30 janvier 2016 à 11 h 02 min ␣- Répondre

    Bonjour,

    Même question que Thomas (26 mai 2015)… et j’ajoute que certains des meubles dans mon cas ont été achetés en Allemagne.

    • Guillaume CAPLAN 9 février 2016 à 8 h 59 min ␣- Répondre

      Bonjour,
      Les meubles devront être enregistrés à leur valeur à la date de mise en location meublée. S’ils ont été achetés avant la mise en location, leur valeur aura certainement diminuée. Le loueur en meublé devra être capable de justifier la valeur de ses meubles en cas de vérification fiscale.
      Cordialement.

  18. louis 11 avril 2016 à 15 h 43 min ␣- Répondre

    Bonjour,
    Ayant acquis un appartement dont le prix d’achat est 70 K€ (y compris frais de notaire), je l’ai financé pour 30 K€ par apport personnel et pour 40 K€ par emprunt.
    Mon apport personnel est il considéré comme du capital social ?
    Enfin, je n’ai pas créé de compte bancaire dédié, quelle est le solde bancaire que je dois indiquer dans mon bilan ?
    Merci pour votre aide
    Louis

  19. bolcato 28 mai 2016 à 5 h 26 min ␣- Répondre

    Bonjour
    je suis usufruitier, ma fille est nue propriétaire.
    dans le cadre d’une LMNP, l’amortissement du bien n’est pas possible.
    qu’en est-il pour les travaux « lourds » ?
    merci de vos conseils et avis
    JM

    • Steven Touzeau 23 août 2016 à 13 h 16 min ␣- Répondre

      Bonjour,

      En tant qu’usufruitier, il semble possible d’amortir les travaux lourds que vous effectuez au même titre que le mobilier.

      Si vous le souhaitez, je suis à votre disposition par téléphone afin de faire le point sur votre situation.

      A très bientôt.

      Steven
      Conseiller en location meublée

  20. martel philippe 5 juin 2016 à 10 h 27 min ␣- Répondre

    bonjour j’ai deux studios en location le soucis cest que je suis sans emplois et je travail que en interim donc revenue faible a l’année mes revenue foncier dépasse mes revenue d’intérim donc les impot mont dit que je devais passer en lmp .ou faut que je loue en vide mes studio mais moi je veux continuer a louer en meublé plus interessant pour moi car moin risquer le bail dure 1 ans donc jaimerai continuer a louer en meublé comment faire vue ma situation ???en lmp je vais avoir a payer des charges supplémentaire ? je dois prendre un comptable ??? je suis un peu perdus

    • Steven Touzeau 29 juillet 2016 à 15 h 58 min ␣- Répondre

      Bonjour Monsieur MARTEL,

      Le passage en LMP n’est pas obligatoire si vos revenus locatifs dépassent vos revenus de salaire. En effet pour passer en LMP, il faut cumuler plusieurs conditions.

      Si vous le souhaitez, je pourrais répondre à toutes les questions que vous pouvez avoir sur le régime LMNP et sur le régime LMP afin que tout soit clair pour vous. N’hésitez pas à m’appeler au 02.43.64.17.27.

      A très bientôt,

      Steven
      Conseiller en location meublée

  21. XU 18 août 2016 à 16 h 28 min ␣- Répondre

    Bonjour, nous louons en LMNP depuis 2 ans mais n’avons pas déclaré en réel alors que ce serait plus avantageux, est-il encore possible de rectifier les déclarations passées pour récupérer la part des impôts payés en trop?

    • Steven Touzeau 23 août 2016 à 14 h 21 min ␣- Répondre

      Bonjour,

      Afin de pouvoir répondre à vos interrogations, je vous invite à me contacter par téléphone au 02.43.64.17.27.

      A très bientôt.

      Steven
      Conseiller en location meublée

  22. M.ICHEN 18 septembre 2016 à 8 h 25 min ␣- Répondre

    Puis-je acheter ma RP et bénéficier du régime LMNP si je la loue par la suite et y déduire les travaux, les intérêt d »emprunt etc au même titre que si sa avait été un investissement locatif à la base ?

    • Steven Touzeau 14 octobre 2016 à 10 h 15 min ␣- Répondre

      Bonjour,

      Il semble possible de procéder ainsi, en revanche, il ne faut pas omettre le fait que la résidence principale doit être occupée par son propriétaire pendant 8 mois dans l’année afin de garder le statut de résidence principale.

      Cordialement,

      Steven
      Conseiller en location meublée

  23. […] Ce mois-ci, le magazine économique et financier Argent & Patrimoine reprend un de nos articles : Gérer soi-même la fiscalité de sa location meublée non professionnelle (LMNP) : une prise de ris…. […]

  24. Mylène 18 janvier 2017 à 0 h 18 min ␣- Répondre

    Bonsoir,
    Propriétaire depuis avril 2016 je loue mon appartement et déclarerai mes loyers pr la 1ère fois cette année. Je pensais opter pour le regime location meublée non professionnel pour réduire mon imposition au minimum étant seule avec ma fille a charge Je suis perdue quant au meilleur choix faire.
    Que me conseillez vous ?
    Merci

    • Steven Touzeau 19 janvier 2017 à 8 h 07 min ␣- Répondre

      Bonjour Mylène,

      Si vous le souhaitez, nous pouvons en discuter directement par téléphone au 02.43.64.17.27. Je pourrais ainsi vous conseiller sur le meilleur choix à faire afin d’optimiser au mieux votre activité de location meublée.

      A très bientôt.

      Steven Touzeau
      Conseiller en location meublée

  25. Didier 3 mai 2017 à 14 h 04 min ␣- Répondre

    Bonjour,
    J’ai acheté un studio au prix de 30K€ ( sans pret). je loue 300€/mois + 50€/mois (eau+ électricité). Ma question est la suivante:
    J’ai loué ce studio en meublé d’avril 2016 à avril 2017 par moi même et depuis mai 2017, je l’ai mis en gestion locative dans une agence.
    Que dois je faire pour 2016 (BIC ou Réel) ? idem pour 2017 et quel Cerfa dois-je remplir 2042C ?

    Merci pour votre réponse.
    Dans l’attente de vous lire, je vous souhaite une excellente journée
    Bien Cordialement Didier

    • Steven Touzeau 18 juillet 2017 à 7 h 46 min ␣- Répondre

      Bonjour,

      Que cela soit au régime réel ou au régime micro BIC, il vous faut effectuer la création d’une activité de loueur en meublé non professionnel auprès de l’administration fiscale.
      Afin de savoir quel régime choisir, je vous invite à effectuer une simulation sur notre site gratuitement. Nous vous rappellerons suite à celle-ci : Simulateur LMNP

      Cordialement,

      Steven Touzeau
      Conseiller en location meublée

  26. EL IDRISSI 9 octobre 2017 à 11 h 00 min ␣- Répondre

    Bonjour,

    Est ce que la déclaration de début d’activité est obligatoire pour la LMNP ? Et si oui, en étant salarié en même temps est ce que cette déclaration de début d’activité me ferait basculer dans le régime social RSI ?

    Merci par avance

    • Guillaume CAPLAN 9 octobre 2017 à 13 h 36 min ␣- Répondre

      Bonjour,
      En tant que loueur meublé non professionnel, vous devrez effectivement vous faire connaître auprès des services fiscaux.
      Je vous invite à prendre contact avec notre service spécialisé au 02.43.64.17.27 pour toute précision sur les démarches obligatoires et le suivi de la comptabilité.
      A bientôt,

  27. legrabellois 4 janvier 2018 à 18 h 29 min ␣- Répondre

    BONJOUR
    JE SUIS PROPRIETAIRE D UN APPARTEMENT ACHETE EN 2010.A VOCATION RESIDENCE ETUDIANT;
    QUEL DOCUMENT COMPTABLE DOIS JE TENIR, JE FAIS ANNUELLEMENT UN BILAN DECLARE A L ADMINISTRATION FISCALE AINSI QUE MA DECLARATION DE TVA;
    SUR MA FEUILLE D IMPOT IRPP JE BENEFICE QUE L ABATTEMENT DE 25ù SUR 9 ANS LOI SCELLIER AUCUNE DEDUCTION ET JE REVERSE ANNUELLEMENT AUX IMPOTS LA TVA ENCAISSE SUR LES LOYERS;

    Y A T IL AUTRE CHOSE A FAIRE,,,,,,?? merci

    • Guillaume CAPLAN 5 janvier 2018 à 16 h 11 min ␣- Répondre

      Bonjour,

      Afin de pouvoir vous répondre je vous invite à contacter nos services du lundi au vendredi au 02.43.64.17.27
      A bientôt,

  28. Garnier 11 avril 2018 à 8 h 04 min ␣- Répondre

    Bonjour,
    J’envisage d’investir dans un studio à Paris pour ma fille qui a peu de revenus. Le bien sera à son nom et
    l’achat comptant ; les charges, assurances et impôts fonciers vont représenter environ 15% du loyer annuel.
    J’ai fait une simulation entre micro foncier et micro bic. Compte tenu qu’elle soit probablement non imposable elle n’aura à payer que la CSG/CRDS soit 17,2% sur les loyers après déduction par le fisc soit de 30% soit de 50%. Le différentiel entre ces 2 régimes s’élevant à environ 250€ par an, je me demandais si les formalités d’enregistrements administratives et autres valent le coup.
    Merci pour les conseils et avis.

    • Olivier BOULLIER 1 juin 2018 à 14 h 43 min ␣- Répondre

      Bonjour,
      En optant pour le régime Réel LMNP, vous pouvez déduire tous les frais liés à votre investissement en meublé, ce qui n’est pas le cas du régime Micro.
      Pour une étude personnalisée, vous pouvez nous contacter au 02 43 64 17 27 ou par email : lmnp@compta.com afin que l’un de nos conseillers puisse vous aider et répondre à toutes vos questions sur le statut LMNP (Loueur en Meublé).
      Nous pouvons vous accompagner de A & Z, avec une offre à partir de 17 euros / mois, incluant une assistance à votre déclaration d’impôts personnelle 2042C-Pro.
      Comptablement Vôtre,
      Olivier
      02 43 64 17 27
      lmnp@compta.com

  29. Pasquet 13 avril 2018 à 13 h 45 min ␣- Répondre

    Bonjour,
    est-il possible de louer un bien en LMPN à l’année, ou dois-je respecter un nombre de semaines maximum par an ?

    • Olivier BOULLIER 1 juin 2018 à 14 h 40 min ␣- Répondre

      Bonjour,
      En optant pour le régime Réel LMNP, vous pouvez louer à l’année ou à la semaine.
      Afin de vérifier la rentabilité de votre investissement, nous mettons à votre disposition gratuitement des outils de simulation : https://investissement.compta.com/outils-gratuits/
      Nous pouvons également vous accompagner de A & Z, avec une offre à partir de 17 euros / mois, incluant une assistance à votre déclaration d’impôts personnelle.
      Pour un devis personnalisé, vous pouvez nous contacter au 02 43 64 17 27 ou par email : lmnp@compta.com afin que l’un de nos conseillers puisse vous aider et répondre ainsi à toutes vos questions sur le statut LMNP (Loueur en Meublé).
      Comptablement Vôtre,
      Olivier
      02 43 64 17 27
      lmnp@compta.com

  30. Aurore 14 avril 2018 à 10 h 36 min ␣- Répondre

    Bonjour,
    Je suis sur le point d’acheter un logement pour le louer à mes grands parents. Le régime LMNP semble avantageux fiscalement. Dans ma situation, mes grands parents ont déjà leur propres meubles, mais je souhaiterais les leur racheter (ou qu’ils m’en fassent don). Est-ce que cela serait possible ou serait-ce considéré comme une fraude (je suppose qu’il faudrait une facture pour la déclaration)?
    Merci.

    • Olivier BOULLIER 1 juin 2018 à 14 h 38 min ␣- Répondre

      Bonjour Aurore,
      En optant pour le régime Réel LMNP, vous pouvez déduire en amortissement le mobilier. Dans votre cas, vous devrez effectivement racheter le mobilier à vos grands-parents avec un justificatif de l’inventaire et le montant pour chaque meuble.
      Nous pouvons vous accompagner de A & Z, avec une offre à partir de 17 euros / mois, incluant une assistance à votre déclaration d’impôts personnelle 2042C-Pro.
      Pour un devis personnalisé, vous pouvez nous contacter au 02 43 64 17 27 ou par email : lmnp@compta.com afin que l’un de nos conseillers puisse vous aider et répondre à toutes vos questions sur le statut LMNP (Loueur en Meublé).
      Comptablement Vôtre,
      Olivier
      02 43 64 17 27
      lmnp@compta.com

  31. Nathalie 15 avril 2018 à 17 h 02 min ␣- Répondre

    Bonjour,
    Dans votre article vous dite que  » que les amortissements d’un loueur en meublé doivent être comptabilisés obligatoirement dans un registre spécifique ou dans une comptabilité informatisée respectant toutes les normes en vigueur. Ainsi, la constatation directe des amortissements sur une liasse fiscale ou leur calcul sur un simple tableur ne sont pas suffisant et le risque est le rejet de déductibilité par l’administration. »
    De quel registre spécifique parlez-vous ?

    • Olivier BOULLIER 1 juin 2018 à 14 h 36 min ␣- Répondre

      Bonjour Nathalie,
      Le registre est un registre informatique répondant aux normes FEC, normes imposés par l’Administration Fiscale.
      Lorsque vous êtes cliente du Cabinet ComptaCom, nous gérons l’ensemble des écritures comptables et notamment celles relatives à l’amortissement comptable.
      Nous pouvons vous accompagner de A & Z, avec une offre à partir de 17 euros / mois, incluant le suivi des reports d’amortissement.
      Pour un devis personnalisé, vous pouvez nous contacter au 02 43 64 17 27 ou par email : lmnp@compta.com afin que l’un de nos conseillers puisse vous aider et répondre à toutes vos questions sur le statut LMNP (Loueur en Meublé).
      Comptablement Vôtre,
      Olivier
      02 43 64 17 27
      lmnp@compta.com

  32. Marion NANS 22 avril 2018 à 5 h 54 min ␣- Répondre

    Bonjour,
    J’ai mis en location meublée une résidence secondaire depuis octobre 2017. Environ 900,00 € de revenus sur une période de deux mois à déclarer. J’ai également déclaré cette activité en LMNP auprès du greffe du tribunal et obtenu un numéro SIRET.
    Cette résidence n’est pas encore étoilée mais les démarches sont en cours.
    Pour cette année, ai-je donc intérêt à débuter ma déclaration LMNP en réel simplifié ou bien serait-il plus judicieux d’opter pour le régime BIC avec abattement 50% vu les faibles revenus sur 2017? (Je n’ai pas d’emprunt immo sur ce bien et environ 300,00 € de charges diverses par mois).
    Pour 2018, j’estime les revenus potentiels entre 4000 et 6000 € sur 6 mois de location. Serait-il préférable que j’opte pour le régime réel simplifié en 2019 ou dès maintenant? Ou bien rester au régime BIC avec abattement de 70% si la maison est classée?
    En vous remerciant pour vos informations et conseils.
    Bien cordialement.
    Marion

    • Olivier BOULLIER 1 juin 2018 à 14 h 33 min ␣- Répondre

      Bonjour,
      Afin de vérifier l’intérêt de votre investissement et le régime à appliquer, nous mettons à votre disposition gratuitement des outils de simulation : https://investissement.compta.com/outils-gratuits/
      Vous pouvez également nous contacter au 02 43 64 17 27 ou par email : lmnp@compta.com afin que l’un de nos conseillers puisse vous aider et répondre à toutes vos questions sur le statut LMNP (Loueur en Meublé).
      Comptablement Vôtre,
      Olivier
      02 43 64 17 27
      lmnp@compta.com

  33. adeline 9 mai 2018 à 18 h 05 min ␣- Répondre

    Bonjour, le fait de se déclarer en tant que LMNP avec des revenus en MICRO BIC annule l’abattement forfaitaire de 10% de mes revenus salariés ?

    • Olivier BOULLIER 1 juin 2018 à 14 h 11 min ␣- Répondre

      Bonjour Adeline,
      La fiscalité LMNP est indépendante de votre fiscalité Salariée. Par conséquent, l’abattement de 10% vous reste acquis.
      Nous pouvons vous accompagner de A & Z, avec une offre à partir de 17 euros / mois, incluant une assistance à votre déclaration d’impôts personnelle.
      Si vous souhaitez un devis personnalisé, vous pouvez nous contacter au 02 43 64 17 27 ou par email : lmnp@compta.com afin que l’un de nos conseillers puisse vous aider et répondre à toutes vos questions sur le statut LMNP (Loueur en Meublé).
      Comptablement Vôtre,
      Olivier
      02 43 64 17 27
      lmnp@compta.com

Laisser un commentaire