L’information est passée quasiment inaperçue, mais elle devrait pourtant modifier les lignes dans le paysage de la distribution alimentaire en France.

La Cour d’Appel de Versailles a, le 26 novembre 2015, rejeté six requêtes créées par plusieurs enseignes contre l’ouverture par la société Costco France d’ouvrir un magasin de 12 000 m² dans l’Essonne, suite à une décision de la CNAC de 2014.

Costco (cost control) est la deuxième enseigne de distribution mondiale derrière Walmart. Elle crée un nouveau modèle par rapport à la distribution sur notre territoire. En effet, elle offre environ 3500 références sur une surface total de 12 000 m² à 14 000 m², simplement sur des produits de marques et de gros conditionnements et négociés uniquement par l’enseigne avec les fournisseurs.

Le but de ce modèle est d’offrir des prix jusqu’à 30% en-dessous des prix des concurrents, moyennant une cotisation annuelle payée par les clients-membres, inférieure à 100 Euros, vite amortie, par rapport au panier moyen qui, aux USA, atteint les 180 Euros.

Chez Costco, pas de rayonnement, les magasins ont l’allure d’immenses entrepôts. Ils reposent sur des coûts de structure et de publicités limités, une offre multi-canal similaire à tous les magasins ainsi que sur le web, et une marge ne dépassant jamais 15%.

L’offre alimentaire, qui représente 50% du chiffre d’affaires, est enrichie avec une offre non alimentaire et des services très vastes. Elle fait régulièrement des actions de promotion exceptionnelles allant de la bijouterie de luxe aux instruments de musique, en passant par le voyage, la voiture ou la maison.

Pour conclure, en plus d’être un modèle commercial, elle est également un modèle social. En effet, elle a su se distinguer aux USA par une rémunération de ses employés bien supérieure à celle de ses concurrents. Elle donne des avantages sociaux renforcés et distribue aux salariés une part significative des résultats, moyennant un dividende aux actionnaires de l’ordre de 2%. L’environnement social français est certes différent, mais les démarches sociales du groupe demeurent un élément clé de sa stratégie, qui a su montrer par ses résultats et par sa capitalisation boursière qu’elle ne constituait pas un frein au développement et à la profitabilité, c’est tout le contraire.

Déjà implanté au Royaume Uni avec 20 clubs-entrepôts et en Espagne depuis 2014, l’enseigne projette de créer en France 10 magasins dans les années à venir en privilégiant les grandes villes et l’Ile de France. Le premier devrait ouvrir fin 2016 ou début 2017, tout près de l’hypermarché Auchan de Vélizy (17 000 m²) en région parisienne, et venir ainsi se frotter à l’un des acteurs majeurs du monde de la distribution de détail à la française.