Franchise : clause de non concurrence post-contractuelle

Dans un contrat de franchise, une clause de non-concurrence empêchait le franchisé ‎de se réinstaller dans les mêmes activités (la restauration rapide au cas d’espèce) dans un rayon de 50 km à vol d’oiseau d’un point de vente du franchiseur ou de tout autre franchise du groupe, et ce pour une durée d’un an à l’issue du contrat.

Confirmant une jurisprudence précédente, la Cour de cassation a désapprouvé les jugements de la Cour d’appel ‎au motif que la clause imposant un rayon minimum de non-rétablissement de 50 km autour de tout point de vente à l’enseigne du franchiseur était disproportionnée aux intérêts légitimes de celui-ci. Or une clause de non-concurrence, pour être recevable, doit être limitée dans le temps et dans l’espace.

Source : arrêt de cassation commerciale 23/09/2014 n° 13‎-20.454.

2016-12-22T10:51:40+00:00 15/02/2015|Franchise|

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des contribuables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué par le biais de notre formulaire de contact. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.


Laisser un commentaire