La CNIL a récemment demandé à un chef d’entreprise d’apporter des précisions sur le dispositif de surveillance mis en place dans son entreprise. Un salarié s’était en effet plaint de ce dispositif (notamment de la surveillance permanente du poste de travail).

L’employeur, qui n’avait pas respecté les règles en vigueur et refuser de répondre à la CNIL s’est vu infliger une amende de 1 000€.

Source : délibération CNIL 2017-009 du 15 juin 2017.